Entrevue avec Georges Képénékian et David Kimelfeld

Portrait de partenaires du Centre

Lire l'article
06 Sep 2017

VOUS SOUHAITEZ EN SAVOIR PLUS SUR LE CENTRE JACQUES CARTIER ? QUI SONT LES ENTREPRISES, LES INSTITUTIONS, LES COLLECTIVITÉS QUI SUPPORTENT ET SOUTIENNENT LES ACTIVITÉS DE L’ASSOCIATION, QUELS SONT LEURS INTÉRÊTS ET LEURS PROJETS ?

Le Centre continue de mettre en lumière ses partenaires, qu’ils soient fondateurs ou nouveaux adhérents, québécois et auvergne-rhônalpins, à travers une courte entrevue.

Après l'interview de Christophe Guy, achevant tout juste son mandat en tant que Directeur Général de Polytechnique Montréal, retrouvez notre entretien croisé avec Georges Képénékian, Maire de Lyon, et David Kimelfeld, Président de la Métropole de Lyon

 

  
 ©CM_VilledeLyon©TF_GrandLyon 

 

 

LE CJC : Quelle est l’histoire des échanges entre la Métropole de Lyon et le Québec ?

Georges Képénékian : "L’histoire entre Montréal et Lyon, c’est d’abord une histoire d’amitié ancienne et sincère. Un pacte d’amitié lie les municipalités de Lyon et de Montréal depuis décembre 1979. En décembre 1989, un protocole d’échange et de coopération a permis de réaffirmer la volonté de coopérer.

Lyon et Montréal partagent beaucoup de similitudes, d’intérêts communs qui les ont incitées à se rapprocher et échanger.  Le domaine économique est au cœur des priorités des deux métropoles qui développent des pôles d’excellence dans des domaines communs : santé, innovation, sciences de la vie, technologies de l’information, loisirs numériques…

Les deux villes développent également des coopérations universitaires et culturelles.

Les échanges ont été renforcés lors de la première visite de Gérard Collomb, Président du Grand Lyon et maire de Lyon, dès 2004 et une nouvelle dynamique a été initiée suite à l’arrivée au pouvoir de Denis Coderre, élu maire de Montréal en 2013.

La belle relation entre Lyon et Montréal et plus largement avec le Québec est ainsi constituée de jumelages institutionnels, d’accords universitaires et de coopérations économiques. Mais la relation  est surtout faite d’histoires humaines, de partage et de centaines d’amitiés, souvent nouées au cours d’événements comme lors des Entretiens Jacques Cartier".

 

LE CJC : Quel est l’intérêt pour la Métropole de Lyon d’avoir intégré le Centre Jacques Cartier ? 

David Kimelfeld : "Les Entretiens Jacques Cartier figurent comme un forum important de la francophonie et un espace de rencontres et de partages. Ils réunissent de nombreuses organisations de la société civile du Grand Lyon, renforçant ainsi l’image et le dynamisme de l’agglomération. Cette manifestation contribue à sensibiliser les citoyens lyonnais sur les liens importants existants entre la métropole de Lyon et Montréal, sur les coopérations universitaires qui résultent de ces Entretiens et sur les valeurs d’ouverture et de partage que représentent la Francophonie et son inter-culturalité.

De plus, la mobilisation des intervenants et la qualité des thèmes de société abordés dans les différents colloques et conférences contribuent très positivement à valoriser le potentiel de recherche des institutions de l’agglomération lyonnaise.

Enfin, cette manifestation participe pleinement aux enjeux pour le territoire métropolitain en matière de développement économique, universitaire et de recherche et contribue au rayonnement international de la métropole. Elle concourt à l’attractivité du territoire par l'organisation d'un événement d'envergure internationale". 

 

Le CJC : Quels ont été les initiatives et projets pilotés par la Métropole de Lyon dans l’histoire des Entretiens Jacques Cartier ? Quels projets suite aux EJC ont pu être développés ? 

David Kimelfeld : "La Métropole de Lyon participe traditionnellement à l’organisation d’un colloque aux côté de la ville de Montréal sur des thématiques qui présentent un intérêt commun pour les deux agglomérations. Le transport collectif, la ville intelligente ou l’aménagement urbain sont autant de thématiques traitées au cours des précédentes éditions.

Ces dernières années, les Entretiens Jacques Cartier ont su se renouveler et nous l’avons encouragé en ce sens afin de ne plus seulement développer une "communauté de savoir". C’est aujourd’hui davantage une "communauté d’innovation" qui réunit chercheurs et universitaires mais aussi organisations patronales et entrepreneurs.  Et c’est dans cet esprit que la participation de la Métropole se renforce. Nous encourageons la participation de jeunes entrepreneurs, comme lors de la réalisation d’un colloque sur l’accompagnement des start-up à Lyon et à Montréal que nous avons réalisé en 2015. L’objectif est de favoriser la venue et le développement de start-up montréalaises à Lyon et inversement, en ouvrant la porte de nos écosystèmes d’accompagnement". 

 

Le CJC : Quel est l’actualité de la Ville de Lyon au Québec/Canada cette année ? 

Georges Képénékian : "L’année 2017 est une année importante pour Montréal qui célèbre son 375e anniversaire. Lyon a souhaité témoigner de son amitié et de sa fidélité à cette occasion en participant à plusieurs temps forts et en s’impliquant dans les festivités.

Ainsi, Lyon a été la ville à l’honneur du Festival Montréal en Lumière en février qui a célébré la Gastronomie lyonnaise, avec la présence d’une dizaine de chefs étoilés ou très prometteurs de Lyon, et la Lumière, avec l’exposition d’artistes de la Fête des Lumières qui ont contribué à la conception artistique d’un parcours lumière.

En juin, Lyon a participé au 12e congrès de Metropolis, dont Montréal a pris la présidence. Lyon va devenir membre de ce réseau des grandes Métropoles mondiales.

Et bien évidemment, nous serons présents à l’occasion de la 30e édition des Entretiens Jacques Cartier en octobre". 

 

LE CJC : Pouvez-vous définir les Entretiens Jacques Cartier en trois mots ?

Georges Képénékian

  • Francophone
  • Créateur de liens
  • Inspirant

David Kimelfeld :

  • Communauté d’innovation
  • Visionnaire
  • Connexions
Retour à l'accueil