Christophe Villemer, Vice-Président Exécutif de Savoir-faire Linux

Portrait de partenaires du CJC

Lire l'article
01 Sep 2016

Vous souhaitez en savoir plus sur le Centre Jacques Cartier ? Qui sont les entreprises, les institutions, les collectivités qui supportent et soutiennent les activités de l’Association, quels sont leurs intérêts et leurs projets ?


Dès aujourd’hui le Centre mettra en lumière ses partenaires, qu’ils soient fondateurs ou qu'ils viennent d'adhérer, québécois et rhônalpins, à travers une courte interview.


Pour commencer, retrouvez l’interview de Christophe Villemer, Vice-Président Exécutif de Savoir-faire Linux, membre fondateur du Hub French Tech Bleu Blanc Tech à Montréal, qui a récemment adhéré au Centre Jacques Cartier.

Le CJC : “Bonjour Christophe, et merci de vous prêter au jeu ! Pouvez-vous nous dire quel est votre parcours et nous présenter Savoir-faire Linux ?”

Christophe Villemer : “Avec plaisir ! Je participe à l’aventure Savoir-faire Linux depuis 2009 après plusieurs années passées en coopération internationale et universitaire à l’Agence Universitaire de la Francophonie, d’abord en Islande, puis plusieurs années au Vietnam avant d’atterrir à Montréal. Je me définis aujourd’hui comme un Entrepreneur Franco-Canadien, québécois et Montréalais car c’est ici à Montréal que j’ai acquis ma culture entrepreneuriale.

Savoir-faire Linux est spécialisé dans le logiciel libre. C’est une entreprise engagée dont la mission est d’accompagner les acteurs du numérique et les entreprises dans leurs problématiques d’innovations technologiques et organisationnelles. Nous nous sommes lancés en France depuis fin 2014 avec un bureau à Paris, et nous nous développons sur la région lyonnaise grâce à l’ADERLY depuis plus d’un an, avec aujourd’hui un collaborateur à Lyon. Nous avons aussi de beaux projets d’investissements à venir, qui seront annoncés à l’automne !”

Pourquoi avoir choisi de vous développer en France ?

Se développer en France s’est inscrit dans une démarche affective et un peu naturelle. C’est un peu revenir chez nous, rendre à la France ce qu’elle nous a donné. Nous avons eu la chance de démarrer de la meilleure des façons avec un contrat. Et malgré le contexte, il y a de nombreuses opportunités à saisir en France. Elle est d’ailleurs très pertinente en terme de formation. Les ingénieurs y sont bien formés et ils réussissent très bien en Amérique du Nord.

S’installer à Lyon est aussi devenu assez évident, de part son réseau d’universités dense, sa place géographique de choix et le tissu économique qui offre une dynamique très intéressante. Je parle de Lyon mais d’autres villes de la région, telle que Grenoble, où nous avons un partenaire, ont également de grands atouts. Cette proximité est un avantage.

Et concernant Montréal ?

Montréal est une ville dynamique et créative, pleine d’énergie où tout semble possible. L’écosystème autour des technologies numériques est très vertueux. C’est également un écosystème paradoxal : il y a un manque criant de ressources tout en attirant à la fois des profils très compétents du monde entier, venant trouver ici des projets intéressants et la possibilité d’un vivre ensemble. C’est d’ailleurs très représentatif chez Savoir-faire Linux qui compte pour ses 125 employés près d’un tiers de français et plus de 25 autres nationalités !

Savoir-Faire Linux vient de rejoindre le Centre Jacques Cartier: pourquoi cette démarche ?

De part mon expérience passée au sein de la coopération universitaire francophone, je connais et apprécie la dynamique entre le monde de la recherche et le monde universitaire. Les échanges entre les chercheurs, enseignants et entreprises sont consubstantiels de la dynamique de l’économie du savoir. L’an dernier, lors des Entretiens Jacques Cartier, j’ai pu faire des rencontres incroyables ! L’adhésion de Savoir-faire Linux au CJC permet de pouvoir être au cœur de cette évolution, de profiter de cet effet de levier tout en contribuant à cette dynamique du partage de compétences. Le CJC illustre cette dynamique en étant lui même le vecteur de ces échanges pluridisciplinaires entre la région Auvergne-Rhône-Alpes et le Québec, et plus spécifiquement entre les deux métropoles actives que sont Lyon et Montréal. C’était donc évident pour nous de joindre ce réseau.

Savoir-Faire Linux est un fondateur de Bleu Blanc Tech, le Hub French Tech de Montréal. A ce jour quelle est votre action et comment se distingue cette initiative ?

L’initiative Bleu Blanc Tech a été portée par des entrepreneurs pour des entrepreneurs. Elle se veut un pont économique entre la France et le Québec avec une volonté de s’inscrire dans une vraie démarche de réseau. Plusieurs acteurs Lyonnais se sont grandement impliqués et ont soutenu notre candidature, que ce soit Frédéric Bove, Directeur Général du CJC ou encore Lyon French Tech, avec Patrick Bertrand de Cegid, et la Métropole de Lyon. L’engagement personnel du Maire de Montréal a aussi été déterminant.

La mission de Bleu Blanc Tech est de faire rayonner l’écosystème numérique franco-Montréalais au Québec et surtout de l’aider à tisser des lien avec les métropoles françaises “French Tech”.

L’objectif aussi est de fédérer des initiatives et d’accélérer des projets grâce à ces liens forts entre nos métropoles et nos régions. C’est un bel outil économique de promotion des territoires.

Pourquoi un “hub French Tech” est-il pertinent à Montréal ?

Comme ailleurs, la communauté française de Montréal est éparse. Or il y a beaucoup d’énergies et de jeunes entreprises qui se créent à Montréal, notamment par des français jeunes diplômés au Québec ou des nouveaux arrivants. Et à un moment ou un autre, il y a un souhait de revenir en France, de “revenir au pays” ou simplement de tisser des liens avec ses origines car les ponts ne sont jamais complètement rompus. Il y a aussi beaucoup d’entrepreneurs français qui veulent venir voir ce qui se fait ici à Montréal et qui souhaitent en faire un tremplin vers l’Amérique du Nord. C’est précisément pour ces raisons que Bleu Blanc Tech est si important. A l’instar du CJC, c’est un réseau, un espace de rassemblement de personnes et d’initiatives. Ce qui en fait une collaboration toute naturelle entre le CJC et Bleu Blanc Tech.

Lors des Entretiens Jacques Cartier, une conférence numérique liera les communautés numériques d’Auvergne-Rhône-Alpes et du Québec. Que pensez-vous de cette initiative ?

Ce sera une expérience unique d’échanger entre nos communautés et de partager nos expertises. C’est très enrichissant ; il faut voir ce qui se fait ailleurs non pour copier, mais pour nourrir ses propres projets. L’objectif est d’illustrer comment le numérique accompagne les nouveaux modèles d’affaires, en pleines transitions aujourd’hui. Tout le monde a des choses à faire et peut contribuer, dans une dynamique d’ouverture et de regards croisés.

Merci à Christophe Villemer pour son temps et sa participation. Pour plus d’informations sur le Centre Jacques Cartier ou ses Entretiens, contactez l’équipe !

Retour à l'accueil